NORONHA

1909 -1977


Mestre Noronha a eu le privilège de vivre les moments culminants de la capoeira de Angola et les a décrits avec un éclat rare. «Les élites voulaient transformer la ville de Salvador en une ville aux caractéristiques européennes. En d'autres termes, ils voulaient nettoyer, éradiquer, si nécessaire, les traditions d'origine noire des rues, en favorisant le maintien de l'ordre public. Selon les exigences de la classe aisée »


1909 - Né le 3 août à Beco do Girassol, Baixa dos Sapateiros, Salvador.  Fils de José Coutinho et Maria Conceição.

1917 - Il commence son apprentissage de la capoeira avec M Cândido Pequeno (Cândido da Costa) à Beco de Xaréu. La même année, il décrit une ronde de capoeira à Curva Grande dans son livre.

1920 - Avec son frère M Livino Boca da Barra (Livino Malvadeza), il fonde le Centre Capoeira Angola Conceição da Praia et enseigne à Maciel de Baixo, n ° 31, à Salvador.

1941 - Avec d'autres maîtres, il livre son centre national d'origine de capoeira en Angola à Ladeira da Pedra, Gengibirra, à Liberdade à M Pastinha.

1968 - Participe au film de Jair Moura intitulé Dança de Guerra.

1971 - Fournit des informations pour l'article de Jair Moura. L'article de Capoeira "Capoeirista de antigamente não brincava em serviço“ a été publié dans le journal A Tarde, à Salvador, le 10 juillet.

1976 - Le 29 avril, il a terminé son livre intitulé O ABC DA CAPOEIRA ANGOLA - Les Manuscrits de Mestre Noronha. Frede Abreu l'a publié en 1993.

1977 - Il est décédé le 17 novembre.



Daniel Coutinho, plus connu sous le nom de Mestre Noronha, est né en 1909, à Baixa dos Sapateiros, à Salvador.

Il a commencé son apprentissage à l'âge de huit ans, auprès de Cândido da Costa (Cândido Pequeno), un Africain noir, pour qui il a eu une grande affection tout au long de sa vie.

En plus de capoeiriste, il était cireur de chaussures, docker, doqueiro, filou et aide de camion.


Noronha faisait parti d'un collectif de capoeiristes qui ont fondé le premier «Centre Capoeira Angola de l'État de Bahia», dans le district de Liberdade. Il a également fondé le «Centre Capoeira d'Angola de Conceição da Praia».

 

Mestre Noronha avait l'habitude d'écrire des noms, des dates, des lieux et des faits liés à la capoeira. Après sa mort, Frede Abreu a rassemblé ces notes dans un livre intitulé «ABC da Capoeira de Angola». Grâce à ce fait, tout ce que nous savons sur l'art de combat du début du XXe siècle nous est parvenu.

 

Mestre présent lors de la fondation du premier "Centro de Capoeira Angola do Estado da Bahia"

  • Amorzinho, 
  • Geraldo Chapeleiro,
  • Juvenal Engraxate,
  • Geraldo Pé de Abelha,
  • Feliciano Bigode de Seda,
  • Bom Nome,
  • Henrique Cara Queimada,
  • Onça Preta,
  • Argemiro Grande,
  • Olho de Pombo,
  • Antônio Galindeu,
  • Antônio Boca de Porco,
  • Argolinha de ouro,
  • Lúcio Pequeno,
  • Paquete do Cabula...

 


Mestre Noronha a eu le privilège de vivre les moments culminants de la capoeira de Angola et les a décrits avec un éclat rare. «Les élites voulaient transformer la ville de Salvador en une ville aux caractéristiques européennes. En d'autres termes, ils voulaient nettoyer, éradiquer, si nécessaire, les traditions d'origine noire des rues, en favorisant le maintien de l'ordre public. Selon les exigences de la classe aisée »

 

C'est dans cette atmosphère de conflit et de discrimination qu'il a grandi et est devenu un adulte. »La capoeira est venue d'Afrique, amenée par des Africains, mais elle n'a pas été éduquée. Elle a fait ses études au Brésil ».

 

Baiano de naissance et africain par conviction, avant de fréquenter une roda, il ne se passez pas de "Patua", pour éviter les mauvais esprits. Pour lui, les amulettes étaient fondamentales. Il avait toujours une prière, et demandait une grâce du Saint-Esprit et, en même temps, des Orixás. Le corps fermé, il n'entrerait pas dans une Roda sans préparation « A defesa para a nafé (Rasoir)».


"Un bon apprenti de capoeira d'Angola, doit obéir aux paroles du Mestre, il doit apprendre le jeu, à se défendre, et à courir quand la police arrive car ils n'aime pas la capoeira".

 

Dans ses manuscrits, il décrit les festivités du largo et la participation de la capoeira à ces événements. Du contexte qu'il a décrit, la structuration des «Rodas de Capoeira» a émergé, comme on l'appelle aujourd'hui. Avant Mestre Noronha, la capoeira se présentait d'une autre manière. Le modèle qu'il préconisait s'est répandu dans diverses parties du monde.

 

Mestre Noronha est décédé en 1977. L'une de ses plus grandes contributions est le Centre Capoeira de Angola dans le quartier de Liberdade, vanté par Mestre Pastinha lui-même, une idole de la Capoeira de Angola.


MESTRE NORONHA & MESTRE TOTONHO DE MARé


CHANT NORONHA